Premier examen gynécologique - questions-réponses

Publié le 27 janvier 2011 Mis à jour le 8 novembre 2018

Suis-je obligée de le faire ? Dois-je me déshabiller ? Est-ce que ça fait mal ? Pourquoi cet examen est-il nécessaire ? Comment cela se passe-t-il ? Quand le demander ou l’accepter ? Où le fait-on ? Qui le fait ?

Sachez que l'examen n'est pas utile pour une première prescription de pilule. Vous avez le droit de dire NON. Le médecin ne peut pas vous imposer un examen gynécologique surtout si vous n'avez jamais eu de rapport sexuel.

Vos organes génitaux sont internes et précieux. Pour les examens, il faut donc regarder à l'intérieur. L'examen gynécologique permet de vérifier que tout va bien, de comprendre les signes qui alarment, de prévenir, de dépister, de suivre le déroulement d'une grossesse.
Cet examen n'est jamais obligatoire, il n'est pas nécessaire pour une première prescription de pilule, anneau, implant, patch...

Quand le demander ou l'accepter ?
Lorsque vous vous sentez prête...
Il n'y a pas d'âge pour le faire réaliser. En général, on le pratique quand on a commencé à avoir des rapports sexuels.
Et aussi en cas de problèmes :

  • règles douloureuses, absentes
  • douleurs du bas ventre, gêne lors des rapports sexuels
  • démangeaisons, boutons, brûlures
  • saignements, pertes anormales. 
Qui le pratique ?
  • un médecin de votre choix, qui peut être généraliste ou gynécologue, exerçant en cabinet ou dans un centre de planification
  • une sage-femme

Tous ces professionnels sont tenus au secret médical.
Ils font régulièrement ce type d'examen, qu'ils doivent réaliser avec douceur, respect de votre pudeur et sans faire mal. Ils vous dispenseront des conseils fiables et adaptés.

Comment se déroule l'examen ?
Se faire examiner si on est malade semble naturel, accepter un examen quand on est bien portant, surtout pour une partie aussi intime de son corps est plus difficile.
La consultation commence par un échange. C'est l'occasion de poser vos questions et de répondre à celles du professionnel.
Vous pouvez parler à ce moment de votre gêne et de vos peurs éventuelles.
Vous enlèverez votre slip, ce qui n'empêche pas de garder jupe et haut si vous vous sentez plus à l'aise.
Vous allez vous allonger sur la table d'examen, les pieds posés dans des étriers pour que les jambes soient écartées et fléchies. C'est la position gynécologique.

Le médecin procède en deux temps :

  • il examine le périnée, la vulve et l'entrée du vagin. Puis il introduit dans le vagin, un spéculum (petit instrument en métal ou en plastique étroit et long permettant d'écarter doucement les parois du vagin): ce n'est pas plus difficile que de mettre un tampon. Ainsi le médecin peut visualiser les parois vaginales et le col de l'utérus et pratiquer éventuellement des prélèvements (notamment un frottis);
  • il effectue un toucher vaginal: après avoir mis un doigtier, il introduit un ou deux doigts dans le vagin,  l'autre main posée sur le ventre. Ce toucher vaginal permet d'apprécier la taille, la sensibilité et la mobilité de l'utérus et des ovaires;
  • éventuellement, le médecin palpe vos seins, prend votre tension artérielle et vous pèse. Si tout va bien, le prochain examen peut avoir lieu dans un ou deux ans.