Publié le 7 mai 2008 Mis à jour le 10 septembre 2019

L'hospitalisation des enfants dans le service de chirurgie infantile se fait :

  • dans un secteur de chirurgie ambulatoire de six lits pour la chirurgie programmée, au 1er étage du bâtiment de pédiatrie. Elle permet une sortie le soir de l'intervention après la visite et l'accord de l'anesthésiste et du chirurgien ;
  • dans un secteur d'hospitalisation de courte durée de huit lits pour les enfants ayant consulté aux urgences et qui nécessite une surveillance et des soins de moins de 24 heures, au 6e étage du bâtiment de pédiatrie ;
  • dans un secteur conventionnel de 38 lits pour les autres patients situé au 2e étage du bâtiment de pédiatrie.

La présence de l'un des parents est souhaitée pendant l'hospitalisation.
Les visites sont autorisées en permanence, limitées à deux personnes par enfant.

L'équipe médicale
Pendant l'hospitalisation de votre enfant, les questions concernant sont état de santé seront abordées quotidiennement lors de la visite. Il est également possible de prendre rendez-vous avec l'un des chirurgiens du service.

L'équipe soignante
Le cade de santé de l'unité est responsable de l'organisation et de la gestion des soins.
Les infirmières / puéricultrices et auxiliaires de puériculture font équipe pour assurer les soins.

Si l'état de santé de l'enfant le nécessite, il est fait appel à un kinésithérapeute, une diététicienne, un psychologue. 
Une assistante sociale peut également être contactée.

Intervention chirurgicale :
Si l'enfant doit être opéré, un accompagnement lui sera proposé pour le conduire jusqu'au bloc opératoire situé au 5e étage du bâtiment.

Une application informatique conçue avec trois niveaux de difficultés selon l’âge par l'association les P'tits doudous nantais, permet à l'enfant de jouer pendant son parcours jusqu'au bloc et lors de son réveil.

L’objectif est de le rassurer, de l’accompagner, de lui expliquer et surtout de le rendre acteur de son aventure au bloc opératoire.

Les retours sont concrets : diminution de 80% de la prémédication (calmant administré avant l’anesthésie) et « au réveil, ils sont plus détendus » confirment les soignants. Tout le personnel de santé a gagné en sérénité avec des jeunes patients plus apaisés. Le jeu impacte donc directement sur les pratiques médicales et est ainsi devenu une prescription.

Chaque enfant reçoit également un livre ou bien une peluche.
Et pour financer tout cela, l’association a mis en place une économie circulaire de valorisation des déchets hospitaliers. Elle sensibilise donc les enfants au tri, au recyclage des déchets et à la valorisation des métaux.