accès direct au contenu


Selon l' article L1 du code du patrimoine
Le patrimoine s'entend, au sens du présent code, de l'ensemble des biens, immobiliers ou mobiliers, relevant de la propriété publique ou privée, qui présentent un intérêt historique, artistique, archéologique, esthétique, scientifique ou technique.
Détails sur le site LegiFrance


patrimoine du CHU de Nantes


Selon l'Unesco
Le patrimoine culturel dans son ensemble recouvre plusieurs grandes catégories de patrimoine:
  • le patrimoine culturel:
    • le patrimoine culturel matériel:
      • le patrimoine culturel mobilier (peintures, sculptures, monnaies, instruments de musiques, armes, manuscrits...),
      • le patrimoine culturel immobilier (monuments, sites archéologiques...),
      • le patrimoine culturel subaquatique (épaves de navire, ruines et cités enfouies sous les mers...);
    • le patrimoine culturel immatériel (traditions orales, arts du spectacle, rituels...);
  • le patrimoine naturel (sites naturels ayant des aspects culturels tels que les paysages culturels, les formations physiques, biologiques ou géologiques...);
  • le patrimoine culturel en situation de conflit armé.
Le site de l'Unesco

évolution du concept de patrimoine

L'étymologie grecque de "patrimoine" est traduisible par pater monere, ce qui signifie "faire souvenance de nos pères". Le patrimoine est l'héritage des pères, ce que nous nous recevons des générations passées et que nous acceptons de conserver. Chaque génération se crée son propre patrimoine et décide de transmettre ou non celui qu'il a reçu. En ce sens, le patrimoine est subjectif, il n'est ni universel, ni éternel.

Comme le rappellent les historiens Alain Croix et Didier Guyvarc'h dans un article paru dans  Place publique de mars-avril 2011, il existe plusieurs patrimoines. "La convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco le reconnaît sans ambiguïté dans son article 2 : "les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire - ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés - que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel."
Le patrimoine aujourd'hui ne se réduit plus à l'architecture ni même au matériel : la notion s'applique à tout ce qui aide chaque citoyen à se sentir à l'aise avec sa propre histoire, dans l'histoire de la collectivité, dans son environnement aussi

qu'est-ce que le patrimoine hospitalier?

Le patrimoine hospitalier est un type de patrimoine parmi d'autres. Sa conception évolue en lien avec les progrès techniques de la médecine, ce changement est expliqué par Anne Nardin, conservatrice en chef du musée de l'AP-HP:  "A l'intérieur de l'hôpital, l'émergence de cette notion de patrimoine se repère dans le derniers tiers du XIXe siècle, au moment de la grande vague de modernisation des établissements hospitaliers, dans le contexte du pastorisme. Les nouvelles normes d'hygiène et la promotion du modèle de l'architecture pavillonnaire entraînent le réaménagement des services ou la restructuration, voire la destruction pure et simple des bâtiments anciens. C'est alors que se pose la question du sort de bon nombre d'ensembles ou d'objets jugés inutiles, inadaptés ou sans fonctionnalité aucune, dans ce nouvel hôpital converti à la modernité.

Puis lentement, dans la seconde moitié du XXe siècle, la notion de patrimoine scientifique et technique s'introduit dans le monde hospitalier, à une époque où les technologies médicales se multiplient. Prises dans un rythme d'expérimentations  et de renouvellements de plus en plus rapide, des générations d'appareils se succèdent, chacune porteuse d'un état du savoir et de la réflexion, qui intéresse la mémoire et l'histoire d'une discipline.

Aujourd'hui, la notion de patrimoine s'est encore élargie. Peut être reconnu comme patrimoine tout objet porteur de sens, autrement dit dont la présence et l'interprétation intéressent la compréhension de l'hôpital, dans toutes ses dimensions."

publié le 9 novembre 2011

par Pascale Wester - direction de l'attractivité, de la communication et des affaires générales