CP - Lancement du projet RHU SUccESS

Publié le 28 janvier 2020 Mis à jour le 28 janvier 2020
Mathilde Cossé, Amir Khammari, Brigitte Dréno, Alexandra Poinas, Florence Vrignaud.
Mathilde Cossé, Amir Khammari, Brigitte Dréno, Alexandra Poinas, Florence Vrignaud.
Date(s)

le 28 janvier 2020

Ce vendredi 24 janvier 2020 s’est tenue au CHU de Nantes, la réunion de lancement officiel du projet RHU SUccESS (Synergy for a Universal Skin Substitute), en présence de l’agence nationale de la recherche (ANR) ainsi que de l’ensemble des 8 partenaires impliqués dans le projet.

Ces 8 partenaires sont le CHU de Nantes en tant que coordonnateur du projet, deux partenaires industriels (NAOS et Bionuclei), trois unités Inserm (Institut Cochin-U1016, CRCINA-U1232 et l’Institut du thorax-U1087), la plate-forme protéomique Protim (Université de Rennes I) et le réseau TELAP (télémédecine appliquée aux plaies).

La réunion de lancement a été l’occasion de présenter le programme scientifique du projet, ainsi que le suivi opérationnel, administratif et financier qui sera mis en place afin de mener à bien ce projet d’envergure.

Le projet SUccESS, porté par le Pr Brigitte Dréno, a obtenu un financement de 6,4 millions d'euros dans le cadre de l’appel à projet recherche hospitalo-universitaire en Santé (RHU) vague 4. Il permettra de mettre au point, dans le domaine des brûlures, un pansement innovant destiné à favoriser la régénération de la peau. De plus, SUccESS vise à améliorer les connaissances sur la cicatrisation par l'identification de nouveaux effecteurs moléculaires actifs et ainsi de nouvelles approches thérapeutiques.

Les brûlures représentent un problème de santé important nécessitant le développement de traitements spécifiques, en raison de la complexité de la cicatrisation des brûlures par rapport aux autres lésions cutanées. En effet, le but du traitement des brûlures est de restaurer complètement la fonction de la barrière cutanée le plus rapidement possible afin de prévenir et diminuer les risques majeurs de cicatrices, d’infections et la douleur. Actuellement, aucun traitement des brûlures n'est en mesure de répondre à ces problématiques majeures, en particulier dans la brûlure intermédiaire du second degré chez l’enfant qui, dans 80 % des cas, conduit à une greffe de peau.

Une dynamique collective est déjà lancée au niveau des équipes de recherche impliquées au CHU de Nantes : l'unité de thérapie cellulaire et génique (UTCG) pour la mise au point d'un secrétome obtenu à partir de cellules cutanées fœtales, le service de dermatologie, à l'origine du projet, le service des brûlés du CHU de Nantes et du CHU de Nancy pour la réalisation des deux essais cliniques, le service de gynécologie-obstétrique pour les prélèvements cutanés, ainsi que le CIC de Biothérapie et toutes les structures support de la direction de la recherche et de l’innovation. L’Inserm avec 3 laboratoires impliqués (Institut Cochin-U1016, CRCINA-U1232 et l’Institut du thorax-U1087), Protim ainsi que les partenaires industriels (NAOS et Bionuclei) participent d’ores et déjà à cette dynamique collective, leurs travaux ayant aussi débuté.

Cette première réunion de lancement a permis aux participants d’apprécier le caractère structurant et innovant du projet, lui permettant de réaliser en 5 ans une véritable percée technologique dans le domaine des brûlures.

Contact presse : Emmanuelle Dubois - 02 40 08 71 85 ou emmanuelle.dubois@chu-nantes.fr