CP - le centre régional de traitement de l’hémophilie installé dans de nouveaux locaux

Publié le 5 octobre 2011 Mis à jour le 27 octobre 2011
Date(s)

le 11 octobre 2011

Auparavant installé dans l’immeuble Jean-Monnet, le centre régional de traitement de l’hémophilie a récemment intégré ses nouveaux locaux dans une aile de l’hôtel-Dieu rénovée.

Le centre d'exploration biologique des maladies hémorragiques et thrombotiques - centre régional de traitement de l'hémophilie - a été créé en 1994 et constitue une unité fonctionnelle du laboratoire d'hématologie au sein du pôle biologie du CHU de Nantes.

Le centre est spécialisé dans le diagnostic et la prise en charge thérapeutique des pathologies de l'hémostase à risque hémorragique (essentiellement, hémophilie et autres déficits en facteur de la coagulation, maladie de Willebrand et thrombopathie) ou à risque thrombotique (thrombophilies).

Depuis 2006, le centre a été labellisé au niveau national comme : 
  • centre de référence de l'hémophilie et autres maladies hémorragiques constitutionnelles;
  • centre de référence de la maladie de Willebrand.

Quelque 300 hémophiles et 300 patients atteint de maladie de Willebrand sont régulièrement suivis par l'équipe nantaise. Ils proviennent de toute la région puisque le traitement de leur pathologie doit être pris en charge par un centre spécialisé dans cette pathologie. 

Parmi eux, 30 à 40% ne sont pas issus d'une famille d'hémophiles, car la maladie peut survenir par mutation génétique. Seuls les hommes souffrent d'hémophilie, les femmes sont porteuses du gène qu'elles peuvent transmettre à leurs fils. Mais le centre traite aussi de nombreuses personnes souffrant de différents problèmes de coagulation du sang que les patients souffrent de risque hémorragique ou de prédisposition aux thromboses. "Souvent le problème est ignoré, les gens constatent qu'ils ont tendance à saigner plus abondamment que les autres en cas de blessure ou, pour les femmes, au moment des règles, mais ne s'en inquiètent pas particulièrement. Ces saignements peuvent pourtant être traités, d'autant que, sans forcément mettre en danger la vie des personnes, ils peuvent entraîner des carences plus ou moins importantes", explique le docteur Marc Trossaërt, coordonnateur du centre.

Auparavant installé dans le bâtiment Jean-Monnet, le centre régional de traitement de l'hémophilie vient d'emménager dans une aile rénovée au 3e étage Nord de l'hôtel-Dieu.

Mesdames et Messieurs les journalistes sont conviés à découvrir ces nouveaux locaux mardi 11 octobre à 11h. Le Dr Marc Trossaërt et Jean Rivet, président de la délégation régionale de l'Association française des hémophiles, vous présenteront le centre et répondront à vos questions sur les troubles de l'hémostase.

Contact presse : Emmanuelle Dubois - communication - tél. 02.40.08.71.85