• prévention - information santé,
  • Libellé inconnu,
  • recherche - innovation,

un nouveau test pour mesurer la résistance d'un individu à l'oxydation

Publié le 8 décembre 2010 Mis à jour le 9 décembre 2010
Pr Thierry Patrice
Pr Thierry Patrice
Date(s)

du 3 décembre 2010 au 31 décembre 2010

L'équipe du Pr Thierry Patrice a mis au point un test mesurant la résistance d'un individu à l'oxydation dans différentes situations cliniques où les défenses anti-oxydantes sont justement affectées (cancers, diabète, infarctus...).

Chaque personne a une capacité différente à résister à l'oxydation variant en fonction des périodes, du vieillissement, et évidemment de son état de santé. Grâce à la mise au point de ce test, il est aujourd'hui possible de savoir très précisément lorsque ces défenses sont dépassées et donc, éventuellement, de mettre en place une médication anti-oxydante adaptée aux besoins du patient. Ce nouveau test permettra, pour la première fois, de quantifier très finement cette résistance aux espèces oxydantes, individu par individu et d'imaginer, pourquoi pas, des nouveaux agents anti-oxydants.

Comme les clous rouillent, les cellules s'oxydent sous l'effet de tout processus vital utilisant de l'oxygène ; dès que l'on produit de l'énergie, on produit aussi des radicaux libres dont 99,99 % sont neutralisés. Le petit 0,1% restant cause un processus normal appelé couramment « vieillissement ». Chez certains, cependant, ce processus est accéléré ou excessif, et cause vieillissement prématuré et maladie. De même, certaines pathologies chroniques ou aiguës, voire certains gestes médicaux peuvent entraîner une oxydation excessive que l'organisme ne parvient pas à neutraliser.

L'équipe du département laser-photochimiothérapie dirigée par le Pr Thierry Patrice a mis au point « par hasard », un biotest qui permet de mesurer la résistance à l'oxydation, ou usure, de nos cellules. « Nous provoquons une réaction photochimique pour fabriquer de l'oxygène singulet (naturellement produit par nombre de réactions métaboliques, comme des réactions inflammatoires ou l'exposition à la lumière), qui réagit avec toutes sortes de cibles en les oxydant. Nous mesurons le temps que met un sérum, par exemple, à les neutraliser », explique le Pr Patrice.


Les applications sont multiples et vertigineuses : repérage des situations d'hyperoxydation, mesure de la résistance à l'oxydation dans certaines circonstances pathologiques (infarctus, maladies chroniques...), mesure de l'efficacité des anti-oxydants et évaluation de l'intérêt ou non de leur prescription au cas par cas... Au-delà, « on cherche des molécules susceptibles de modifier le processus, d'augmenter la résistance à l'oxydation. On peut aussi imaginer d'amplifier localement l'oxydation pour attaquer des tumeurs, par exemple... ».


Sensible et précis, ce test réalisé sur une simple prise de sang est un « nouvel outil pour les cliniciens ». Découvert en 2006, il a fait l'objet d'un dépôt de brevet en 2007.

 

Impliqués dans la découverte : Samuel Douillard, Isabelle Lhommeau, David Olivier, Pr Thierry Patrice


Voir la vidéo de présentation de la découverte réalisée à l'occasion de la nomination du Pr Thierry Patrice aux Victoires de la médecine 2010: