L’hôpital est le lieu de toutes les innovations médicales, techniques, organisationnelles, environnementales... Sans cesse en évolution, il doit pouvoir se réinventer pour répondre aux enjeux de la médecine mais également aux attentes de notre société. Ce projet de nouvel hôpital, c’est donc l’histoire d’une naissance, celle de ce nouveau modèle hospitalier qui anticipe la médecine de demain.

Des prises en charge en pleine évolution

Développement des maladies chroniques, vieillissement de la population, progression des prises en charge à la journée – dites ambulatoires, nouvelles pratiques médicales, sont autant d’évolutions qui changent en profondeur l’exercice médical.

Le virage ambulatoire : dans le futur hôpital, 64 % des séjours seront réalisés en ambulatoire contre 55 % aujourd’hui.

Cette prise en charge est rendue possible par les progrès de la médecine et nécessite de repenser les

organisations, de disposer de locaux adaptés pour un meilleur accueil des patients. Elle implique également de penser de nouveaux services comme des hôtels hospitaliers. A proximité de l’hôpital, ce type d’hébergement peut faciliter le quotidien d’un patient ou de ses proches.

La progression des maladies chroniques : nécessitant une prise en charge régulière parfois sur plusieurs années, les venues sont souvent plus courtes mais plus fréquentes pour le patient, et associent médecines de ville et hospitalière. Elles impliquent d’innover, tant dans l’organisation de la prise en charge (développement de l’éducation thérapeutique du patient, facilités d’accès au service…) que dans les outils mis à disposition (échange d’informations informatisé et sécurisé entre professionnels de santé…).

Les nouvelles pratiques médicales : de manière continue, de nouvelles techniques apparaissent (chirurgie robotisée, anesthésie loco-régionale, nouveaux traitements médicamenteux, prises en charge connectées…). Le nouvel hôpital est conçu pour être capable de répondre, au fil du temps, aux nouveaux besoins par une transformation de l’usage des locaux.

L’avenir : la médecine « 4P »

Préventive : Anticiper certains risques en modifiant les pratiques des individus.

Prédictive : Détecter précocement les probabilités qu'un individu soit atteint d'une pathologie pour l'éviter.

Personnalisée : Adapter les traitements au patient (biotechnologies, thérapies ciblées...).

Participative : Favoriser l'implication du patient dans son traitement (éducation thérapeutique...).

Les progrès de la génétique, de la pharmacie et de l’informatique jettent les bases d’une révolution scientifique : la médecine personnalisée. Elle propose de traiter chaque patient de façon individualisée en fonction de ses spécificités génétiques et environnementales. Dans ce cadre, c’est une « médecine renversée » qui s’annonce permettant de prévenir une pathologie chez un patient présentant des caractéristiques propres à un ensemble de patients. La dimension curative de la médecine pourrait ainsi être partiellement dépassée au profit d’une médecine « préventive ».

Cette révolution scientifique en cours est d’ores et déjà anticipée pour que le futur hôpital y réponde.