orthophonistes: aider à communiquer

En aidant les patients souffrant de troubles de la voix, de l'articulation, de la parole ou du langage, les orthophonistes du CHU constituent l'un des maillons du parcours de soins pour des patients de tous âges et de différents services.

Lorsque surviennent des troubles du langage, qu'ils soient d'origine "mécanique", neurologique ou psychologique, ils viennent s'ajouter à la pathologie, voire la génèrent dans certains cas. Leur traitement fait partie intégrante du parcours de soins. Il est assuré au CHU par une vingtaine d'orthophonistes, qui sont là pour donner ou rendre la possibilité de s'exprimer aux enfants souffrant de handicap, aux adultes victimes d'un accident ou d'une maladie, aux personnes âgées atteintes d'une maladie neurodégénérative, par exemple.  Elles s'attachent à prévenir, évaluer et prendre en charge aussi précocement que possible les troubles de la voix, de l'articulation, de la parole, du langage (sur le versant de l'expression et de la compréhension) et de la communication, ainsi que les troubles associés tels que les troubles de la mémoire et du raisonnement.

Ainsi, leurs patients sont de tous âges et elles sont amenées à intervenir dans plusieurs services:
  • en pédiatrie, l'orthophoniste prend en charge les enfants ou adolescents qui présentent une pathologie somatique associée à des troubles du langes consécutifs ou non à leur maladie et anime des ateliers thérapeutiques pour les jeunes malades hospitalisés ou suivis en ambulatoire. Au sein du centre du langage de l'hôtel-Dieu, elle établit le diagnostic et oriente la prise en charge des jeunes dyslexiques et dysphasiques;
  • en pédopsychiatrie, son rôle s'étend aux antennes de proximité réparties en ville, où elle se trouve au cœur de la vie institutionnelle qui entoure les enfants juqu'à 18 ans présentant des troubles de la personnalité. L'orthophoniste participe au diagnostic puis à l'élaboration et la réalisation du projet de soins via une prise en charge individuelle ou groupale;
  • en ORL, au sein du centre d'action médico-sociale précoce (CAMSP) audition, l'orthophoniste participe au dépistage de la surdité et à la rééducation des enfants de moins de six ans. Son rôle est aussi de soutenir les parents, de les conseiller et de leur prouver toutes les capacités de leur enfant. Elle se charge aussi du suivi des enfants implantés et des adultes devenus sourds et implantés dont il faut assurer la rééducation et le suivi, ainsi que des adultes hospitalisés en chirurgie après une laryngectomie et qui doivent recevoir une rééducation vocale, réapprendre la déglutition;
  • en rééducation fonctionnelle à l'hôpital Saint-Jacques, dans la consultation mémoire de l'unité neurovasculaire à l'hôpital Nord Laënnec, en psychogériatrie à Bellier, l'orthophoniste traite les adultes présentant des lésions cérébrales acquises générant des troubles du langage et de la communication, des troubles cognitifs et comportementaux consécutifs à des lésions cérébrales (accident vasculaire cérébral, traumatisme crânien, tumeur, maladie neurdégénérative...);
  • en stomatologie, auprès des enfants et adolescents consultants pour insuffisances vélaires (fentes palatines en particulier), l'orthophoniste évalue la phonation (à l'aide d'un aérophonoscope qui sert à visualiser le passage de l'air) et guide les parents.
     
"Nous ne sommes pas interchangeables, expliquent-elles. À partir d'une formation commune, chacune a développé sa spécialité et ses compétences dans un domaine particulier". Cependant, dans tous les cas, le travail commence par établir un diagnostic orthophonique et les objectifs du plan de soins avant de proposer des prises en charge individuelles ou en groupe: "En gériatrie, par exemple, nous travaillons beaucoup en groupes avec les personnes atteintes de démence ou de la maladie d'Alzheimer. Notre objectif n'est pas de les guérir, mais de maintenir aussi longtemps que possible, par des ateliers et diverses stimulations, leur aptitude à communiquer. Pour les personnes plus jeunes, nous réalisons des actes de rééducation, d'éducation précoce, de guidance, d'adaptation ou de réadaptation à la vie sociale, scolaire ou professionnelle. Nous utilisons diverses méthodes et outils : chant, musique, percussions, informatique... Une grande part de notre  temps est consacrée à la préparation des séances puis à leur analyse.  On ne peut jamais être rigide, il faut personnaliser notre intervention en fonction de la personne, en tenant compte de sa psychologie, de son environnement social et familial, de ses difficultés, de son potentiel et de ses centres d'intérêt. Il faut établir une relation de confiance, puis se montrer créatif... Une grande partie de notre activité consiste donc à établir des contacts et à prendre une part active au réseau constitué autour du patient : nous sommes constamment en relation avec une équipe pluridisciplinaire médicale, paramédicale, pédagogique et sociale, ainsi qu'avec la famille du patient. La relation thérapeutique que nous établissons avec le patient est le moteur essentiel de son évolution. C'est la relation qui soigne».