Publié le 31 mars 2008 Mis à jour le 12 octobre 2018

Depuis plusieurs années, les différentes unités du service de médecine physique et de réadaptation locomotrice doivent faire face à des patients porteurs d'infections ostéo-articulaires, soit dans un contexte traumatique, soit après mise en place de matériel orthopédique (telles que les prothèses articulaires). Il s'agit de patients dont le pronostic vital peut être engagé; ils sont traités par antibiothérapie selon des voies d'administration le plus souvent complexes. Bien souvent la mise en chambre seule du patient est obligatoire pour éviter les contaminations à d'autres patients.

La notion d'infection nosocomiale représente également une dimension non négligeable puisqu'elle peut engager la responsabilité du CHU de Nantes. C'est pourquoi, depuis trois ans, une importante collaboration existe avec les différents praticiens du comité de lutte contre les infections nosocomiales (Clin) afin d'offrir toutes les garanties de poursuite correcte des traitements, tout en permettant au patient une rééducation ou/et une réadaptation adaptée.

L'information du risque d'infection des patients porteurs d'une prothèse articulaire est également développée dans le cadre des activités prioritaires d'éducation des patients avant leur sortie après rééducation. Trois soirées régionales annuelles ont également été consacrées à ce thème avec partage de notre expérience afin que le CHU de Nantes devienne un exemple dans ce domaine. Notre service est donc déjà investi dans cette dynamique afin d'offrir aux patients les meilleures chances de guérison possible en collaboration avec la cellule d'infectieux et les chirurgiens orthopédistes référents.