• prévention - information santé,
  • prise en charge patients - soins,

L’endoscopie digestive en plein essor

Publié le 2 novembre 2023 Mis à jour le 2 novembre 2023

Précieux outil de dépistage du cancer colorectal, l’endoscopie digestive a pris, ces dernières années, une place incontournable dans le paysage de la santé et au sein du CHU.
Explications avec le Dr Isabelle Archambeaud, responsable de l’endoscopie digestive.

 

Un rôle majeur dans la prévention des cancers digestifs

L’endoscopie digestive permet l’exploration visuelle du tube digestif et le traitement, dans le même temps, de certaines lésions comme les polypes ou quelques cancers superficiels. « L’endoscopie joue un rôle majeur dans la prévention des cancers de l’œsophage, de l’estomac et du côlon ». Au CHU, plus de 9 000 gestes sont ainsi réalisés par an.

Cap sur le dépistage !

Bonne nouvelle : à partir du mois de novembre 2023, les plages horaires de bloc opératoire pour les endoscopies sous anesthésie générale augmenteront de 80 à 100 heures par semaine permettant un accès plus rapide à l’endoscopie. « Notre enjeu est d’élargir l’accès au dépistage et, ainsi, de mieux prévenir le cancer colorectal, troisième cancer le plus fréquent en France. » Pour accompagner ce développement, plusieurs recrutements ont été ou vont être effectués : 2 IDE3 d’endoscopie, 1 IDE de parcours et 1 IDE d’anesthésie.

Des endoscopes dernière génération

Autre enjeu : améliorer la qualité des endoscopies. « Depuis quatre ans, nous remplaçons progressivement nos endoscopes par des appareils de dernière génération. Ils sont plus légers, plus souples, plus maniables, dotés de puissants zooms et de haute définition. Cette dernière permet de détecter des polypes d’un ou de deux millimètres seulement. C’est impressionnant, on peut presque voir les globules rouges avec ! ». Mais ce n’est pas tout, en 2024, le CHU fera l’acquisition d’un logiciel d’intelligence artificielle de traitement d’image. C’est un investissement d’environ 43 000 €. « En analysant en direct les images, en même temps que le praticien, ce logiciel nous aidera à augmenter le taux de détection des polypes adénomateux qui sont des lésions pré-cancéreuses. »

De nouvelles techniques innovantes

Depuis deux ans, le développement de techniques mini-invasives sous endoscopie et echo-endoscopie permet au service de « repousser encore plus loin les limites ». « En compléments des techniques chirurgicales, nous pouvons désormais réaliser des gestes thérapeutiques au cours d’endoscopies interventionnelles : des drainages extra-anatomiques (comme la dérivation des voies biliaires ou de l’estomac), des explorations et drainages des voies biliaires ou pancréatiques, ou encore l’ablation de polypes de grande taille. Notre but, c’est d’être à la pointe des dernières techniques innovantes pour pouvoir les proposer aux patients. »