• informations destinées aux médecins,
  • prévention - information santé,
  • professionnels de santé,

La prise en charge des mutilations sexuelles féminines au CHU de Nantes

Publié le 18 octobre 2019 Mis à jour le 30 octobre 2019
Date(s)

du 18 novembre 2019 au 31 décembre 2020

Lieu(x)
amphithéâtre Paul-Lemoine
hôpital femme-maternité
38 bd Jean-Monnet

Au CHU de Nantes, des équipes pluridisciplinaires expertes dans la prise en charge des femmes souffrant de mutilations sexuelles.

Aujourd’hui dans le monde, 200 millions de filles et de femmes ont subi une forme de mutilation sexuelle féminine imposée par des traditions familiales. Considérées comme une violation des droits humains et une atteinte à la santé, l’excision est encore courante dans certains pays d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Amérique du Sud et du Sud-Est asiatique.
En France entre 60 000 et 80 000 femmes vivent excisées. L’excision est un crime puni par la loi qui n’est ni lointain, ni révolu puisque cela concerne encore des milliers de jeunes filles en France.

Les mutilations sexuelles féminines sont une atteinte au corps et à la dignité humaine mêlant des complications somatiques, psychiques et sociales. La nature des soins proposée à la patiente doit être diversifiée et organisée afin de l’aider à retrouver un développement harmonieux. Le CHU de Nantes propose un dispositif d’accueil et d’accompagnement pluridisciplinaire mené par une équipe composée de psychologue, sexologue, assistante sociale, gynécologues médicales et gynécologues - chirurgiens.

Il existe différents types de mutilations sexuelles féminines. Les plus fréquentes sont les mutilations sexuelles féminines de type 2 correspondant à une ablation du gland/capuchon du clitoris et des petites lèvres. En cas de fermeture totale ou partielle de l’orifice vaginale, on parle de mutilation sexuelle féminine de type 3. Elles sont entre autres, responsables de douleurs chroniques pelviennes et vulvaires, d’une altération de la qualité de vie sexuelle avec une perte du plaisir et du désir, d’une mauvaise cicatrisation (cicatrice chéloïde, kyste, névrome), de troubles psycho-traumatiques, de douleurs au cours des règles, de complications lors de l’accouchement…

Les femmes souhaitant obtenir plus d'informations sur la prise en charge proposée et/ou bénéficier de ces soins peuvent désormais se rendre aux réunions d’informations mensuelles sans rendez-vous et anonymement. Organisées et animées par l’équipe de l’Unité de Gynécologie Médico-Psycho-Sociale (UGOMPS) et le service de chirurgie gynécologie du CHU de Nantes, ces réunions ont pour but de discuter des Mutilations Sexuelles Féminines, leurs conséquences, les possibilités de prise en charge au CHU de Nantes et de répondre à d’éventuelles questions.