• prévention - information santé,
  • agents CHU de Nantes,
  • professionnels de santé,

La pratique avancée, un nouveau mode d’exercice au bénéfice du patient

Publié le 17 février 2021 Mis à jour le 17 février 2021

Thomas, infirmier en pratique avancé (IPA) La pratique avancée, un nouveau mode d’exercice au bénéfice du patient

Il est l’un des premiers étudiants à suivre le diplôme d’état de grade master d’infirmier en pratique avancée. Diplômé en juillet, Thomas a pris ses nouvelles fonctions d’IPA au service d’oncologie-immunologie hématologie pédiatrique du CHU de Nantes le 30 novembre dernier. L’oncologie pédiatrique était une évidence pour Thomas qui a débuté sa carrière en pédiatrie générale et qui la poursuivra en tant qu’IPA dans ce service.
La loi de modernisation de notre système de santé de 2016 pose le cadre juridique de la pratique avancée pour les auxiliaires médicaux. Cet exercice de santé existant déjà dans de nombreux pays, la France fait le choix de le déployer en commençant par la profession d’infirmier. Les premières promotions sont entrées en formation en 2018.
La pratique avancée vise un double objectif : améliorer l’accès aux soins ainsi que la qualité des parcours des patients et faire valoir des compétences supplémentaires à la profession infirmière sur des pathologies ciblées.

Un projet personnel et un projet de service
Infirmier dans le service d’oncologie pédiatrique depuis 2011, Thomas, 30 ans a repris les bancs de l’Université de Nantes il y a 2 ans grâce à la promotion professionnelle de la formation continue. « Reprendre les études, c’est stimulant intellectuellement, c’est aussi un autre rythme après 7 ans en tant qu’infirmier dans le service d’oncologie pédiatrique ». Il poursuit : « La cheffe de service, les médecins et mes collègues infirmiers ont tous bien accueilli ce projet qui a été construit comme un projet de service. Les médecins s’investissent dans ma formation, en tant qu’IPA je vais travailler en collaboration étroite avec eux, en interdisciplinarité et cela nécessite l’instauration d’une relation de confiance entre nous. Sans le soutien du service, je ne me serai pas lancé dans cette aventure.»

Ni sous-médecin ni super infirmier
L’IPA est un nouvel appui à l’équipe pluridisciplinaire et une approche du soin différente pour les patients. « On élargit nos compétences, l’IPA est un infirmier expérimenté, dont la formation clinique supplémentaire va lui permettre de suivre, en autonomie, certains patients en collaboration avec le médecin ». En plus de cette compétence clinique, « je serai amené à participer et sensibiliser à la recherche infirmière, mais aussi proposer des formations aux professionnels paramédicaux».
L’IPA ne remplace pas le médecin mais il est une plus-value aux parcours de santé des patients et doit se construire au sein et avec une équipe de soins.

Devenir infirmier en pratique avancé
Un infirmier après avoir exercé au minimum 3 ans pourra suivre un enseignement universitaire pendant
2 ans reconnu au grade universitaire de master. La formation est organisée autour d’une première année de tronc commun, permettant de poser les bases de l’exercice infirmier en pratique avancée, et d’une deuxième année de spécialisation, centrée sur les enseignements en lien avec la mention choisie.