L’éloignement entre l'hôtel-Dieu et Laennec est-il vraiment préjudiciable ?

Publié le 21 mai 2015 Mis à jour le 13 avril 2018
Aujourd'hui les activités de court séjour du CHU, qui représentent un total de 1600 lits, sont scindées entre l'hôtel-Dieu (1.100 lits) et Laennec (500 lits), ce qui oblige à doublonner les éléments de plateaux technique et médico-technique et à organiser de nombreux transports par ambulance pour transférer les patients entre ces deux sites environ (10.000 par an représentant un coût de 300 000€). Le surcoût correspondant a été évalué en 2005 à 4,6 millions d'euros annuels. Par ailleurs la dispersion des sites provoque une dispersion des ressources médicales, à l'heure où les tensions démographiques sont fortes dans certains secteurs cruciaux comme l'anesthésie et la radiologie.