Publié le 19 avril 2011 Mis à jour le 21 avril 2011

Le premier bactériologiste nantais mène des recherches sur l'eau, les épidémies, les vaccins...

Né à Nantes en 1851, Gustave Rappin fait des études de médecine et passe 1881 à Paris la première thèse française de bactériologie.

Nommé chef de travaux d'anatomie pathologique et de bactériologie en 1882, il sera le premier titulaire de la chaire de bactériologie en 1905.

Homme de laboratoire, Gustave Rappin outre ses cours à l'Epex, fait des recherches et des essais sur : l'étiologie des tumeurs malignes (1887), l'inoculation du cancer (1890), et le sérum antituberculeux (1895).

Il réalise aussi des vaccinations contre la tuberculose chez le cobaye, les chiens, les vaches de 1909 à 1915 en utilisant des bacilles tués... mais un peu trop tardivement.

Directeur de l'Institut Pasteur de Nantes en 1897, Gustave Rappin est officier d'Académie, de l'instruction publique et chevalier de la légion d'honneur. Professeur honoraire à sa retraite en 1924, il décède en 1942 à Sautron.

l'institut Pasteur de Loire-InférieureL'institut Pasteur de Loire-Inférieure

L'institut Pasteur de Loire-Inférieure est créé en 1896 à l'initiative de Marcel Schwob, directeur du Phare de la Loire qui avait réuni 20 000 francs par une collecte pour lutter contre la diphtérie. Le maire Alfred Riom fait don d'un terrain contigu au laboratoire agricole départemental fondé en 1852 par A. Bobierre à qui succède Andouard, professeur de chimie à l'Epex en 1881.

Cet institut comporte des locaux de recherche, une animalerie, des serres et bien sûr un grand laboratoire pouvant accueillir plusieurs chercheurs qui est confié au professeur de bactériologie de l'école, Gustave Rappin. C'est là qu'il pratiquera des études sur l'eau, sur les épidémies, des essais de vaccin.