Frédéric, agent de stérilisation, traque les bactéries

De la réception des dispositifs médicaux souillés à leur restitution, propres et stérilisés, dans les services, Frédéric veille sur toutes les étapes d’un processus rigoureux.

Depuis les débuts de l’antisepsie médicale, à la fin du xixe siècle, que de chemin parcouru ! La stérilisation des instruments médicaux est aujourd’hui soumise à des règles draconiennes et se pratique au fil d’un process minutieusement contrôlé. Au CHU de Nantes, une quarantaine d’agents veille ainsi au parfait nettoyage des « outils » des médecins. Parmi eux, Frédéric Merriau, aide-soignant, qui travaille dans l’unité de l’hôtel-Dieu depuis 2011, après plusieurs années d’expériences dans le secteur privé, en services de soins puis en tant qu’agent de stérilisation : « J’ai toujours été intéressé par tout ce qui est technique, le matériel. J’ai appris le métier sur le tas.» 

Sa tâche consiste à récupérer le matériel utilisé (dispositifs médicaux appelés couramment instruments) dans les services et les blocs, à le nettoyer avant de reconditionner les « boîtes » (plateaux opératoires).
À chaque intervention ou type d’intervention correspond un listing précis du contenu : « Il y a plus de 400 compositions différentes conditionnées dans des conteneurs ». Identifiés par une étiquette assurant la traçabilité du circuit, les DM passent en autoclaves pour être stérilisés : «Nous vérifions sur écran que les paramètres du cycle sont corrects et la conformité de chaque unité traitée. Les DM sont ensuite stockés en zone protégée avant leur redistribution dans les services. »
Le processus complet dure au minimum six heures. C’est le temps imparti pour traiter les demandes urgentes, identifiées dès leur arrivée par la couleur du bac qui les contient. Les agents sont répartis de part et d’autre des stations de lavage (sept côté réception, cinq côté préparation des DM). Ils sont amenés à occuper différents postes par roulements, assurant un service continu organisé en une équipe de nuit (21 h-7 h) et des équipes de jour qui alternent entre différentes tranches horaires : 7 h-15 h, 13 h 30-21 h, 10 h-18 h. « C’est un peu compliqué à organiser, mais j’apprécie personnellement de travailler de jour en variant les horaires.»

Au printemps, l’équipe rejoindra l’unité de stérilisation toute neuve à Saint-Jacques : « En plus de travailler dans des locaux plus agréables avec des équipements récents et un process informatisé, ce déménagement me rapprochera de mon domicile au sud de la Loire ! », se réjouit Frédéric.