Au carrefour des soins et de l’échange

Brancardier à l’hôtel-Dieu, David Mounier va d’étage en étage et parcourt les différents services pour accompagner les patients et veiller sur eux entre chaque étape de leur parcours de soins.


Intervenant tels des « soignants ambulants » les brancardiers font partie intégrante de la filière soignante en assurant la continuité et le suivi du patient entre les services de soins et les services prestataires (imagerie, blocs opératoires).
Depuis six mois, David Mounier a intégré l’équipe de brancardage centralisé sur le bâtiment de l’hôtel-Dieu. Comme bon nombre de ses collègues, il a exercé en tant qu’aide-soignant pendant 22 ans dont 15 années dans les services de réanimation. Un changement de métier qu’il explique par un besoin de découvrir les soins autrement sans pour autant se couper du patient qui reste au centre de ses préoccupations.

Soigner et prendre soin 

De fait avec 20 à 25 courses pour une distance de sept à quinze kilomètres, la journée de David Mounier est faite de rencontres. Il faut être attentif au patient, l’accompagner dans son déplacement, s’assurer de sa sécurité et son confort. Il est indispensable d’être capable d’évaluer si le transport est possible et de déterminer les besoins du patient. L’échange est donc une part importante du métier. La fonction en dehors des équipes d’hospitalisation et le ton souvent informel de la discussion au cours du transport incite le patient à se confier plus facilement.
En lit, en fauteuil et parfois à pied, David accompagne les malades. Le rythme peut parfois être intense et il s’agit de ne pas perdre de temps. 
C’est pourquoi, même si les informations relatives au patient et à son transport sont disponibles sur les documents et supports de transmissions, la relation avec les soignants du service est indispensable pour maintenir la continuité et la qualité des soins dans et à l’extérieur du service.