CP - Nouvel hôpital au sein du quartier de la santé et offre de santé publique sur la métropole nantaise et en Loire Atlantique : une nouvelle étape franchie

Publié le 4 juin 2021 Mis à jour le 4 juin 2021
Date(s)

le 4 juin 2021

Nouvel hôpital au sein du quartier de la santé et offre de santé publique sur la métropole nantaise et en Loire Atlantique : une nouvelle étape franchie

Aujourd’hui, une nouvelle étape du projet du futur CHU de Nantes est franchie avec l’aboutissement de la procédure d’appel d’offre travaux et l’annonce d’une adaptation capacitaire pour le CHU de Nantes et son territoire de santé. Le nouvel hôpital, coeur du « quartier de la santé », offrira ce qu’il y a de plus moderne en termes de soins, d’enseignements, de recherche et de création d’emplois autour de la santé, en lien très étroit avec la filière santé portée par les collectivités territoriales et les partenaires concernés. Projet de portée nationale et européenne par son originalité et son dynamisme, il bénéficie d’un soutien fort de l’Etat avec un montant total de subvention nationale de 400 millions d’euros. Parallèlement, la réflexion conduite, en lien avec l’évolution démographique très spécifique de la Loire Atlantique, entraînera une adaptation des capacités.

La construction du nouvel hôpital sur l’Ile de Nantes est une opération hospitalière de grande envergure. Cet investissement porte à la fois une ambition nationale et européenne en matière d’amélioration de la qualité des soins, de la recherche et de la formation en santé. C’est pourquoi, dans le cadre du volet investissement du Ségur de la Santé, il bénéficie d’une augmentation de la subvention nationale de l’Etat portée de 225 millions d’euros à 400 millions d’euros.

Par ailleurs, alors que les terrassements ont été lancés en décembre 2020, la procédure de mise en concurrence des entreprises travaux s’est poursuivie pendant plusieurs mois dans le cadre d’une procédure négociée. Elle aboutit aujourd’hui avec l’attribution, dans l’année, des marchés de travaux. C’est le fruit d’un travail considérable de renégociation à la baisse des prix unitaires des offres des entreprises et un réexamen des conditions techniques du projet dans le cadre d’un dialogue avec elles. Il permet au projet d’arriver à un coût comparable à ceux observés pour des projets du même type. Le projet entre désormais dans sa phase d’exécution, qui correspond à la construction de l’ouvrage, à l’occasion de laquelle, une maîtrise d’oeuvre d'exécution va être désignée.

Enfin, dans le cadre de la réflexion sur le vieillissement de la population du département, les équipes du CHU en accord avec l’ARS ont poursuivi la réflexion concernant l'évolution du nombre de lits global du CHU et du Groupement Hospitalier de Territoire de Loire-Atlantique, pour améliorer le parcours de santé des personnes les plus âgées. Elle se traduit par des mesures concrètes portant sur :
- La création d’une plateforme de consultations « Prévention, maladies chroniques et longévité » sur le site Laennec, après le transfert du court séjour sur l’Ile de Nantes,
- Compte tenu des perspectives démographiques spécifiques du département de la Loire-Atlantique, 192 lits seront conservés par rapport à l’objectif initial.

terme de plusieurs mois de réflexion et de travaux techniques, le CHU en accord avec l’ARS envisage de localiser ces lits pour partie sur le nouvel hôpital de l’Ile de Nantes (52 lits) pour assurer une plus grande modularité, et, pour partie sur le site de Laennec pour la gériatrie (140 lits).

D’ici l’ouverture du nouvel hôpital, la réflexion médicale et territoriale se poursuivra pour s’adapter de la façon la plus pertinente au besoin de la population.

- La création dans les années à venir de près d’une centaine de lits et places de SSR sur l’agglomération nantaise à échéance 2030.
Désormais, le CHU de Nantes se projette dans une nouvelle étape de son histoire, au-delà du projet de nouvel hôpital sur l’Ile de Nantes. La prise en charge du vieillissement est un volet du projet d’établissement et un axe fort et ambitieux de celui-ci en lien avec le projet Isite sur la santé du futur