CP - L’hypothermie thérapeutique améliore la récupération neurologique après arrêt cardiaque non choquable

Publié le 4 octobre 2019 Mis à jour le 4 octobre 2019
Date(s)

le 2 octobre 2019

Grâce aux campagnes publiques incitant à l'apprentissage du massage cardiaque et à l'utilisation des défibrillateurs, de plus en plus de victimes d'arrêt cardiaque sont réanimées et admises dans les service de médecine intensive réanimation.

Dans l’essai HYPERION, l'équipe du Dr Jean-Baptiste Lascarrou, de médecine intensive et réanimation du CHU de Nantes et ses collègues a randomisé 584 patients en coma admis en réanimation après un arrêt cardiaque non choquable à l’arrivée des secours, entre une hypothermie modérée thérapeutique (33°C) et une normothermie ciblée à 37°C.

Ces patients présentent alors le plus souvent un coma profond et avec un risque de décès secondaire et de séquelles très élevé. L'étude HYPERION démontre que la réalisation d'une hypothermie thérapeutique pendant 24 heures chez ces patients permet d'augmenter (quasiment doubler) la proportion de patients qui seront vivant et autonome à 3 mois par rapport à la non utilisation de ce traitement.

HYPERION démontre que l'hypothermie est le traitement de référence des patients admis en réanimation pour coma après un arrêt cardiaque.

"L'efficacité de l'hypothermie thérapeutique ayant maintenant été démontrée, les perspectives à venir sont de préciser les modalités optimales de réalisation ainsi que la conduite des traitements associés." souligne le Dr Lascarrou.

Ces résultats sont parus dans le New England Journal of Medicine.

Ce travail a été réalisé en étroite collaboration avec le CHD Vendée.

Contact presse - Emmanuelle Dubois - 02 40 08 71 85 ou emmanuelle.dubois@chu-nantes.fr