De par son ampleur hors du commun, le projet de nouvel hôpital représente un défi méthodologique et organisationnel. Les phases d’étude qui vont se succéder doivent permettre de préciser le fonctionnement des services et leur ergonomie, et de conduire les analyses techniques, environnementales, urbaines et architecturales.

L’enjeu est de respecter le cadrage architectural et financier initial, de conserver l’ambition première du projet tout en le faisant progresser.

La construction d’un hôpital ne se résume pas à une réalisation technique. Elle implique d’intégrer, dès la conception des bâtiments, les contraintes de fonctionnement liées à l’activité hospitalière, les enjeux d’ergonomie pour les professionnels et surtout les attentes des patients et de leurs proches. C’est pourquoi, la première phase d’étude, appelée « avant-projet sommaire » constituait un enjeu majeur.

Une méthodologie participative

Le CHU a fait le choix de la porter collectivement, avec des représentants de l’ensemble de la communauté hospitalière, allant encore plus loin que la démarche participative mise en place pour le choix du projet en 2014. Médecins, agents d’accueil, infirmiers, ingénieurs et techniciens, administratifs ou représentants des usagers, en lien étroit avec les architectes du projet, ont eu à cœur d’imaginer un hôpital au service des patients et de leur entourage.

Cette méthode a permis de tenir compte des remarques des professionnels, des usagers, de favoriser les échanges et la co-construction dans le cadre d’une démarche collective et pluri-disciplinaire, et de contribuer à une vision dynamique et transversale du projet. Concrètement, elle s’est traduite par la mise en place de 57 groupes de travail utilisateurs (GTU), animés par un trio médico-soignant-administratif et en présence des architectes du projet. Au total, ce sont plus de 850 participants, qui ont travaillé sur les principaux processus de l’hôpital.

L'équipe projet du CHU de Nantes

Des réflexions spécifiques

Au-delà des groupes de travail utilisateurs, des réflexions spécifiques ont été conduites sur deux thématiques essentielles à la réussite du projet : les attentes des usagers et la qualité de vie au travail et les risques professionnels.

Présents dans toutes les étapes du projet et inclus dans les groupes de travail, les représentants des usagers ont également élaboré, via le Comité « Droits des patients » du CHU, des préconisations synthétisant leurs attentes générales quant à ce futur hôpital. Leurs réflexions ont notamment porté sur la confidentialité et le respect de l’intimité (positionnement des chambres par rapport aux salles de soin et aux accès usagers…), l’accessibilité (signalétique, accès extérieurs couverts pour les brancards ou fauteuils, portes automatiques, bornes interactives d’orientation…) ou encore les conditions d’accueil (lumière naturelle, espaces verts…).

De même, afin de mieux prendre en compte les aspects liés à la qualité et aux conditions de travail, à l’ergonomie des locaux et aux risques professionnels, un groupe de travail dédié à ces questions a été mis en place. Composé de partenaires sociaux, des membres de la cellule des risques professionnels du CHU, de représentants de la médecine du travail, il avait pour objectif de s’assurer de l’ergonomie du projet pour offrir un cadre de travail agréable.

Des propositions très concrètes ont été identifiées comme les qualifications attendues des systèmes d’ouverture de porte, la nécessité de choisir un mobilier adaptable limitant les troubles musculo-squelettiques, des éléments techniques de gestion du bruit ou de la lumière, ou encore les avancées permettant de favoriser la qualité de vie au travail.

Une aventure partagée avec les acteurs du territoire

Tous les partenaires du CHU concernés par l’opération ont été étroitement impliqués dans le projet. Cette aventure collective est donc partagée, au-delà de la communauté hospitalière, par les acteurs de l’agglomération nantaise mais également plus largement sur le plan régional.

Toutes les énergies se fédèrent pour contribuer à la pertinence du projet. En ce sens, la métropole prévoit de favoriser l’accessibilité du site. Le futur hôpital sera desservi par un renforcement des transports en commun en site propre, complétant le maillage du réseau. Deux nouvelles lignes de tramway desserviront le futur quartier de la santé.

Cette réflexion collective très riche atteste de la conception dynamique de l’architecture en cours avec ce projet. L’équipe d’architectes et la communauté hospitalière ont travaillé de concert pour tirer le meilleur des remarques émises dans une logique de co-construction. Le résultat est là, le futur hôpital n’a rien perdu de ses ambitions. Au contraire, il s’ancre dans une culture partagée et s’est ainsi enrichi des expertises de chaque partie.

Cette dynamique participative se poursuit à chaque étape du projet.