accès direct au contenu


examen - acte technique

 


Les médecins spécialistes

  • Pr Michel Weber
  • Pr Alain Pechereau
  • Dr Chloé Couret
  • Dr Olivier Lebreton
  • Dr Hélène Massé
  • Dr Isabelle Orignac
  • Dr Bertrand Vabres
  • Dr Clémence Carbonniere
  • Dr Elodie Martin
  • Dr Marco Mafrici

 


La pathologie

Cette pathologie touche le cristallin, une sorte de lentille à l'intérieur de l'œil que l'on peut comparer à l'autofocus d'un appareil photo. Chez le sujet jeune, c'est cette lentille qui assure l'accommodation, c'est à dire la capacité à voir net de loin et de près. Avec l'âge, cette lentille perd de sa plasticité (entrainant la presbytie) puis de sa transparence, c'est la cataracte. Parfois, cette opacification est le témoin d'un traumatisme ou d'une maladie autre tel que le diabète.
 
 

Quels en sont les symptômes ?

Les symptômes sont une baisse de vision prédominant de loin, une diminution de la vision des couleurs et contrastes, ainsi qu'un éblouissement à la lumière. Elle n'est jamais la cause de douleur ou de larmoiement.

 

Quel en est le traitement ?

Le traitement est uniquement chirurgical sous anesthésie locale ou générale et consiste en une ablation du cristallin et à son remplacement par une lentille artificielle.

 

Quand faut-il opérer ?

Le principal critère est le confort visuel du patient, notion toute relative. Tout le monde passé un certain âge présente un degré de cataracte, et il ne faut intervenir que lorsque malgré des lunettes adaptées, les symptômes sont gênants dans la vie de tous les jours.
Parfois, d'autres pathologies oculaires intriquées entrent en ligne de compte dans la décision d'une indication chirurgicale.
Les principaux risques de cette procédure sont l'infection de l'œil, l'impossibilité de placer le cristallin artificiel dans un même temps opératoire et la survenue de problèmes rétiniens d'apparition secondaire.

 

Quel suivi et quelle récupération ?

Un contrôle le jour de la chirurgie ou le lendemain est le plus souvent réalisé, puis une visite est effectuée à quelques semaines de distance. Des collyres post-opératoires sont indispensables afin de lutter contre l'infection et l'inflammation de l'œil.

La récupération s'effectue en règle générale en quelques jours, une correction optique est souvent nécessaire, elle sera déterminée environ un mois après la chirurgie.

Une opacification de l'enveloppe dans laquelle le cristallin artificiel a été placé peut survenir quelques années après, cette cataracte dite « secondaire » se traite simplement par laser en consultation.


publié le 30 juin 2015

par le Pr Michel Weber, chef du service d'ophtalmologie


contacts

ophtalmologie
1 place Alexis-Ricordeau
44093 - Nantes Cedex 1

plans d'accès

6e étage ailes nord & ouest



Téléphone : 02.40.08.34.01