accès direct au contenu


Issus du Plan obésité 2010-2013, les centres spécialisés de l’obésité (CSO) sont au nombre de 37 en France, dont deux en Pays de la Loire : le CSO Ouest Atlantique et le CSO Anjou Maine.

Le CSO Ouest Atlantique regroupe cinq établissements:

Le CSO Ouest Atlantique a vocation à s’ouvrir à d’autres partenaires acteurs de la filière obésité : le CHD Vendée, la clinique Saint-Charles à la Roche-sur-Yon, la clinique Saint-Augustin à Nantes, les associations de patients Phoenix 44 et OLA comptent désormais parmi ses partenaires.

Retrouvez toutes les coordonnées des établissements.

Domaines d'expertise

La double mission des CSO
  • permettre la prise en charge des obésités sévères et compliquées dans les services hospitaliers (expertise médicale, psychologique et chirurgicale);
  • organiser et animer la filière de soins, notamment en développant la prévention et la formation, et en expérimentant de nouvelles formes de coopération.
     
Le CSO et ses partenaires assurent à leurs patients une haute expertise en matière de prise en charge de l'obésité. Ils répondent tous à un cahier des charges rigoureux garantissant la qualité de leurs soins.
 

Pourquoi des CSO?
Lancé en janvier 2001, le Programme national nutrition santé (PNNS) a pour objectif général l’amélioration de l’état de santé des français en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs : la nutrition. Le programme a été prolongé en 2006 puis en 2011.

En complément du PNNS, le plan obésité (PO) 2010-2013 a été lancé, pour répondre à la croissance du nombre de personnes gravement atteintes. Il a prévu la mise en place de centres spécialisés de l’obésité (CSO) dans chaque région de France pour améliorer la coordination des soins.
 
Le parcours de soins des patients
Pour permettre une prise en charge efficace et adaptée du patient, son parcours de soins s’organise autour du principe de gradation, avec trois niveaux de soins  :
  • le 3e niveau de recours est assuré par les centres spécialisés obésité (CSO) pour les cas les plus complexes ou pour solliciter expertise et appui;
  • le deuxième recours:
    • ambulatoire spécialisé : les spécialistes de la nutrition, les endocrinologues, les internistes, les chirurgiens libéraux
    • hospitalier (niveau de recours infrarégional) : les établissements de santé publics et privés assurent une prise en charge médicale et/ou chirurgicale des patients atteints d’obésité, y compris les obésités sévères;
  • le premier recours ou de soins de proximité
    Le médecin traitant et le pédiatre jouent un rôle essentiel. Ils sont en charge du dépistage des personnes à risque, du bilan et de la prise en charge initiale des personnes présentant une obésité et du suivi et la cohérence des soins. Les médecins du travail, les médecins scolaires et de PMI interviennent également dans ce niveau primordial de la prise en charge;
  • acteurs de prévention primaire
    Collectivités territoriales, associations, réseaux de santé, maisons de santé…
     
La prise en charge par le CSO Ouest Atlantique
Les membres du CSO Ouest Atlantique assurent une prise en charge individuelle pour les patients atteints d'obésité sévère et/ou compliquée sur des consultations externes, en hôpital de jour ou hospitalisation complète par une équipe pluridisciplinaire pour :Le recours à la chirurgie bariatrique par le patient nécessite une prise en charge pluridisciplinaire globale et complète de six mois au minimum avant qu'une décision collégiale soit prise en réunion de concertation pluridisciplinaire pour autoriser l'intervention. 

Informations pratiques

Les chiffres de l'obésité en Pays de la Loire*
6,9 millions de Français sont obèses, soit 15 % de la population
Dans les Pays de la Loire, 11,8 % de personnes sont obèses, la région est donc sous la moyenne nationale. Mais entre 1997 et 2012, l’obésité régionale a augmenté de plus de 73,5%.
*enquête ObEPI 2012

Quand parle-t-on d'obésité?
La masse grasse s'évalue à partir du calcul d'indice de masse corporelle (ou IMC) qui est le rapport entre le poids (en kg) et la taille au carré (en mètre carré). La valeur de l'IMC permet de déterminer un état de la "corpulence" : normalité, surpoids ou obésité.

état IMC
normal 18,5 à 24,9
surpoids 25 à 29,9
obésité type 1 30 à 34,9
obésité type 2 (sévère) 35 à 29,9
obésité type 3 (morbide) 40 et plus

publié le 13 septembre 2017

par le Dr Lucy Chaillous, chef du service d'endocrinologie, maladies métaboliques et nutrition


contacts

Coordonnées : hôpital Nord Laennec
Bd Jacques-Monod
Saint-Herblain
44093 Nantes Cedex 1

plans d'accès

Envoyer un message

associations

Le CSO Ouest Atlantique soutient des associations qui accompagnent et informent les personnes atteintes d’obésité :