accès direct au contenu


Les conduites problématiques de jeux de hasard et d’argent
Si pour la majorité des Français, les jeux de hasard et d’argent restent une activité de loisir, qu’il s’agisse de jeux de loterie, de paris sportifs ou hippiques ou encore de jeux de casino (machines à sous, poker…), cette pratique apparaît, pour certains, excessive voire pathologique.

On estime à un million le nombre de joueurs en France ayant une pratique de jeu problématique. L’addiction au jeu se traduit notamment par une préoccupation permanente pour le jeu. Le joueur éprouve le besoin de
miser des sommes de plus en plus importantes. Ses efforts pour réduire ou arrêter sa pratique restent infructueux malgré les dommages occasionnés : dépressions, tentatives de suicide, relations familiales et sociales dégradées, endettement, désinsertion, vols...

Alors que la France affiche un important retard en matière de recherche dans ce domaine, l’ouverture annoncée du marché des paris en ligne dans notre pays doit amener l’ensemble des acteurs à mieux prendre en compte les risques addictifs. Le CRJE développe une activité de recherche en ce sens afin de contribuer à l’amélioration des actions de prévention et de soins.

Les pratiques à risque des jeux vidéo
Avec le développement de la gamme étendue des jeux vidéo, disponibles sur console, sur ordinateur, sur téléphone portable ou encore en réseau sur Internet, le nombre de situations problématiques constatées dans les services d’addictologie augmente chaque année. Si les travaux de recherche sont encore peu avancés dans ce domaine, ces addictions nouvelles préoccupent particulièrement les professionnels de santé et les familles car elles touchent essentiellement les adolescents et les jeunes adultes.

Le danger apparaît quand la place centrale et envahissante prise par l’activité de jeu amène certains joueurs à s’isoler jusqu’à rompre tous liens sociaux. Dans les cas les plus extrêmes, la pratique de jeu peut affecter le sommeil et toute l’organisation de la vie quotidienne (scolaire, professionnelle, familiale…).à l’heure où le concept même d’addiction aux jeux vidéo fait débat et alimente tous les fantasmes, il apparaît plus que jamais nécessaire de développer des études et des recherches dans ce domaine. L’enjeu consiste à ne pas stigmatiser l’ensemble d’un secteur d’activité en pleine croissance et qui a d’indiscutables dimensions ludiques et pédagogiques pour la grande majorité des joueurs.

Les cyberdépendances
Casino, paris sportifs, poker en ligne, jeux vidéo en réseau, jeux de rôle, achats en ligne, cybersexe : internet est le support privilégié de nombreuses formes d’addictions comportementales.
La cyberdépendance s’installe dès lors que l’individu veut diminuer sa pratique et qu’il n’y arrive pas. Il perd le contrôle alors qu’apparaissent des signes de désocialisation, de déscolarisation, de conflits familiaux ou encore d’abandon d’activités ludiques ou personnelles. Les travaux de recherche concernant la cyberdépendance sont encore peu développés. Les critères diagnostiques de l’addiction à Internet restent encore à définir de façon consensuelle. Les recherches menées dans ce domaine permettront de mieux identifier les effets sur le cerveau de connexions répétitives de longue durée et les répercussions neurobiologiques engendrées.


publié le 16 septembre 2016

par le Pr Marie Grall-Bronnec, responsable médical de l'institut des addictions comportementales


contacts

Coordonnées : 85 rue Saint-Jacques
44093 Nantes Cedex 1

Espace Barbara
9 bis rue de Bouillé
44000 Nantes
Tél. 02.40.20.66.40

Téléphone : 02.40.84.76.20

Consulter le site Internet